Phil  Edengarden
| en-quête de la vérité |

A propos de Phil

Phil Edengarden est le pseudonyme de Philippe Espagne (un nom difficile à référencer sur les moteurs de recherche depuis que certaines têtes couronnées se le sont approprié). Citoyen belge, né en 1964, j'habite actuellement dans une petite ville du Brabant wallon.

S’il fallait me décrire en un mot, je dirais multipotentiel, car mes champs de compétences sont multiples et les outils que j’utilise pour m’exprimer se conjuguent au pluriel: écriture, spectacle vivant, dessin, infographie, photographie, sculpture, webdesign,…

Mais je ne serais absolument rien sans mon sauveur et maître, Yéchoua hamachia[h], plus connu sous le nom de Jésus de Nazareth. Une alliance a été scellée entre nous en 1985 et en dépit de toutes les circonstances d’un parcours de vie très mouvementé, il est resté mon point d’appui, l’axe autour duquel tourne la roue de mon existence de pèlerin en ce monde.
Lire le témoignage de ma conversion


VIE DE FOI

Une de mes grand-mères prétendait manquer de loisir pour prier. En ce qui me concerne, la relation avec mon créateur est essentielle, fondamentale, et c’est le reste qui lui est accessoire. Cela m’a conduit en dehors des sentiers battus, et j’ai fait plusieurs expériences de vie communautaire, notamment aux Etats-Unis. Cela m'a permis d’approfondir ma connaissance des écritures, non pas avec la tête, sur le plan intellectuel, mais dans mes interactions immédiates avec les créatures et notre créateur. Les enseignements qui ont été regroupés sur ce site sont d'ailleurs comme autant de pistes que je continue d'emprunter pour développer harmonieusement ma vie de disciple de Yéchoua. → Accéder aux enseignements

N’en déplaise à certains, je n'appartiens à aucune dénomination chrétienne en particulier. Monothéiste, je crois dans le dieu d’Avrahâm, d’Itz[h]âk et de Ya'akov qui, tel que cela nous est révélé dans les écritures, est notre créateur et notre père, et je suis l’enseignement de Yéchoua, qui est son fils unique en même temps que notre libérateur, le machia[h]. Je crois aussi en l’existence de la roua[h] hakodèch' (l’esprit-saint) car elle m’habite, mais si son essence est divine, je ne la fréquente pas comme une tierce personne. Je ne suis donc pas trinitaire et encore moins polythéiste. La vie des saints hommes et femmes du passé sont un encouragement mais je ne les prie pas, je ne leur demande rien et je ne leur donne rien. Je n’ai d’autre culte que la pratique des enseignements fondamentaux de Yéchoua.


TRADUCTION / INTERPRÉTATION

Pour l’heure, je travaille à la rédaction d’une nouvelle version du Nouveau Testament en vue de sa publication. Un premier opus est déjà sorti en 2022 → L'évangile selon Mattityahou. Ma démarche est la même que celle qui avait motivé la rédaction du livre intitulé → Jésus et le Seder : contribuer, autant que possible, à remettre les pendules à l’heure et aider les chrétiens mal informés à se greffer à nouveau à l’olivier franc et, par conséquent, à reprendre racine dans les profondeurs de la torah.


PROPOSITIONS ALTERNATIVES

Deux idées fondamentales m’habitent et motivent mes choix de vie:

  1. Nous sommes tous différents, uniques, originaux: il est donc important de prendre conscience, de respecter, d'encourager et de développer nos spécificités.
  2. Nous sommes tous interconnectés et faisons partie d’un tout cohérent au sein duquel chaque élément affecte l’ensemble, de même que l’ensemble influe sur chacun des éléments qui le constituent. Par conséquent, rien n’est le fruit du hasard.

Je développe ces idées sur une page web alternative, où je propose de découvrir quelques pistes non-conventionnelles parmi d’autres en matière de soins de santé de notre corps, de notre âme, de notre esprit, en matière d’éducation, d’écologie, d’architecture,… → Accéder à la page alternative


VIE CONJUGALE

Le mariage n’est pas, pour moi, l’officialisation d’une relation sentimentale ou un contrat d’exclusivité entre partenaires de jeu; c’est l’engagement mutuel de deux personnes adultes et consentantes, qui décident de construire un avenir ensemble et de se soutenir l’un l’autre jusqu’au bout. Pour un fidèle, c’est également un chemin de communion au père céleste et de croissance spirituelle sur la voie de la charité et du renoncement à soi. Telle est la voie sur laquelle mon épouse et moi aprenons à marcher depuis plusieurs années, et cela nous rend heureux.