RETOUR

PRIER AU NOM DE JÉSUS

Prier «au nom de Jésus» ou «au nom de Yéchoua», selon cette formule que l’on utilise à tort et à travers dans de nombreuses assemblées, n’est pas une formule magique destinée à déverrouiller le cœur du créateur qui, sans ces mots, resterait fermé à notre demande.

Prier au nom de Yéchoua nous est enseigné dans l'évangile selon Jean : "Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le père soit glorifié dans le fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai." (Jn 14:13-14)

D'aucuns pensent que dire "au nom de Yéchoua" à la fin d'une prière leur garantit la réponse favorable de D.ieu et qu'une prière qui omettrait cette formule pourrait ne pas être exaucée. Reconnaissons que cette conception est magique et qu'elle va à l'encontre de ce que nous enseignent les écritures.

Demander quelque chose au nom de quelqu'un d'autre revient à le demander pour l'autre, comme si on venait formuler une demande à sa place. Cela implique que l’on comprenne bien ce que cet autre désire demander et, par conséquent, que l’on se mette à son écoute. Sans ce préalable, l’on pourrait s'en aller demander à peu près tout et n'importe quoi de la part de cette personne qui nous aurait, par avance, signé un chèque en blanc.

Prier au nom de Yéchoua implique une prise de conscience fondamentale de notre véritable identité et de la sienne. Cela permet de mieux nous rendre compte du fait que Yéchoua est, de fait, bel et bien le fils unique de D.ieu, à qui le père ne refuse rien et qu'en revanche, nous ne trouvons grâce auprès de D.ieu qu'en vertu de sa grande miséricorde, laquelle nous a été accordée dans son fils bien-aimé.

De surcroît, prier au nom de Yéchoua implique, d'une part, que nous le connaissions personnellement, d'autre part, que nous connaissions ses desseins. Ce n’est pas la peine de demander des choses qui vont à l'encontre du royaume ou qui ne servent qu'à alimenter les appétits de la chair. Effectivement, si nous demeurons dans le fils, comme le fils dans le père, nous sommes morts à la vie de la chair, libres de toute forme d'esclavage et, dès lors, au service d'un seul but : l'avancement du royaume.

Ce que nous demandons au père en son nom, Yéchoua nous garantit de le réaliser dans un but très précis: « afin que le père soit glorifié dans le fils. » Le but ultime n'est donc pas l'exaucement de la prière que nous formulons en son nom mais la glorification du père dans le fils, en d'autres termes, la manifestation de l'identité de Yéchoua en tant que fils de D.ieu.

Tout est donc mis en place par le maître pour que D.ieu soit manifesté et glorifié en toutes choses, les plus grandes comme les petites. Une lettre de Jean nous dit ceci : "Nous pouvons regarder à D.ieu avec assurance, car il nous écoute si nous demandons quelque chose de conforme à sa volonté. Sachant donc qu'il écoute nos prières, nous avons aussi la certitude d'obtenir ce que nous lui avons demandé." (1 Jean 5:14-15) Prier au nom de Yéchoua signifie donc prier pour des choses qui honorent et glorifient Yéchoua.

Nous le comprenons à présent : prononcer "au nom de Yéchoua" à la fin d'une prière n'est pas une formule magique. Si ce que nous avons demandé dans la prière n'est pas à la gloire de D.ieu ou selon sa volonté, dire "au nom de Yéchoua" est vide de sens. Prier authentiquement au nom de Yéchoua et pour sa gloire, voila ce qui importe, et non les mots que l'on attache à la fin de la prière. « La lettre tue, mais l'esprit vivifie. » (2Co 3:6 ) Ce ne sont pas les mots exacts que comportent une prière qui comptent, mais l'intention qui la sous-tend.

Prier pour des choses qui sont en accord avec la volonté de D.ieu, voilà l'essence de la prière "au nom de Yéchoua". Il s'agit donc d'une invitation à rechercher la volonté de D.ieu en toutes choses et à exprimer le désir ardent de voir cette volonté divine réalisée. Cela nous permet de nous rapprocher de D.ieu et d'apprendre à penser, agir, aimer tout comme LUI. « Fais de YHWH tes délices, et il te donnera ce que ton cœur désire. » (Psaume 37:4-5)

Phil EDENGARDEN © 2015

→ Retour au sommaire